Créer un site gratuitement Close

Les différents vaccins

B)  Les différents types de vaccins et leurs effets

 

     a) Les différents types de vaccins

 

-LES VACCINS ATTENUES

    Les vaccins atténués sont fabriqués à partir de bactéries ou de virus vivants que l’on a fait muter pour qu’ils perdent leur caractère infectieux. Mais pas leur caractère antigénique, c’est-à-dire leur rôle de déclencheur de la production de cellules “mémoires”.

   L’organisme se constitue donc un stock d’anticorps dont il se servira efficacement quand il entrera en contact avec les bactéries ou les virus sauvages (naturels). Le vaccin oral contre la poliomyélite, par exemple, est obtenu par passage successif du virus en culture de cellules et chez des animaux.

   Ce qui induit des mutations, et donc l’atténuation. Après administration par simple voie orale, l’organisme développe les anticorps nécessaires à l’immunisation contre la maladie.

 

 

 Bactérie de la tuberculose

 

 

-LES VACCINS INACTIVES

   Les vaccins inactivés (appelés aussi tués), fonctionnent sur le même principe.

L’organisme reconnaît la bactérie ou le virus (entiers mais inactifs), et développe contre eux des anticorps. Ils sont préparés à partir de cultures microbiennes inactivées par divers procédés.

   Le vaccin contre la coqueluche consiste à préparer une suspension de germes entiers, inactivée par la chaleur et  le formol. Reste à produire ces vaccins en grand nombre, donc à produire beaucoup de virus inactivés. Les scientifiques ont pour cela développé des “lignées cellulaires”, faites de cellules provenant de divers animaux qui se divisent à l’infini.

   Chaque microbe ou virus se développe plus ou moins bien selon l’origine des lignées cellulaires. Le virus de la grippe se développe particulièrement bien sur des lignées cellulaires provenant de fœtus de poulet.

 

 

  -LES VACCINS ISSUS DU GENIE GENETIQUE:

  Les vaccins issus du génie génétique, eux, sont inactivés par voie génétique et non plus physiquement. En inactivant les gènes responsables de la virulence d’un germe, on crée un mutant non pathogène.

   Il suffit alors d’obtenir la multiplication du mutant, et l’on a de nouvelles souches, “immunogènes” mais inoffensives. Une autre méthode consiste à n’utiliser non plus des germes entiers pour la vaccination, mais uniquement les molécules “antigéniques” de ces gènes.

    Il suffit de faire fabriquer par une levure, une bactérie ou une cellule animale, la portion du virus reconnue comme antigène par l’organisme à vacciner. Comment ? En “greffant” dans cette levure ou bactérie le gène codant pour l’antigène, c’est-à-dire pour la protéine virale déclenchant chez l’hôte la production d’anticorps. Le vaccin est donc fabriqué ici par d’autres organismes vivants.

   Les antigènes produits sont ensuite isolés par purification, et peuvent servir de base à des vaccins, appelés “moléculaires”. On le voit, on est bien loin des broyats de pustules de malades.



 Virus de la Poliomyélite





b) Les effets néfastes des vaccins

On distingue de nombreux effets secondaires sur différents plans. Pour le vaccin antitétanique, par exemple, on a :
 
 - Au niveau des réactions neurologiques

Atteinte du système nerveux généralisée: injection du vaccin contre le tétanos dans le bras gauche, chez une personne d’une trentaine d’année; apparition au 5ème jour, d'une faiblesse du bras droit, puis du gauche, des deux jambes, associés à des vertiges, une instabilité (titubait en marchant et ne pouvait faire plus de quelques pas), une léthargie, des malaises, une difficulté pour avaler et pour parler (paroles inarticulées). Après une hospitalisation d'un mois, les troubles nerveux ont régressé (mais la faiblesse a persisté). Les examens pratiqués dans l'année qui a suivi, ont montré une instabilité émotionnelle prolongée et quelques paresthésies (engourdissement, fourmillement) dans les extrémités. 

-Au niveau des réactions dermatologiques, on peut observer que de nombreuses manifestations dermatologiques s'installent sur le long terme: exanthème, dermatite, ... et représentent une handicap souvent permanent. D'autres sont passagères: réactions locales avec oedème, inflammation, abcès au site d'injection, hémorragie…


Commentaires (1)

1. Romane 14/02/2012

Bonjour,
Je voudrai savoir s'il y a ce text in English please,
Cordialement

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site